Projet de Construction d'une Dalle en Béton

Publié le 2 Décembre 2014

Ce projet consiste à construire une dalle en béton après l’élévation des murs d’une maison.

C’est donc pour couvrir ces quatre alvéoles que cette dalle sera élaborée, constituant ainsi  le plancher des combles avant la construction de la toiture.

 

Les poutrelles treillis, seront de différentes longueurs en fonction des côtes de vides dans chaque alvéole.

 

 

Je disposerai après étude du plancher la première poutrelle à 9 cm du bord du mur de la première alvéole.

 

 

 Je disposerai ensuite les autres poutrelles en tenant compte de l’intervalle correspondant aux hourdis .

 

 

C'est-à-dire 48,5 centimètres !

 

 

Le dernier hourdi reposera ainsi d’environ 2 à 3 cm sur le mur opposé.

 

 

 

Ces dispositions, permettent ainsi de minimiser le nombre de poutrelles portant sur les linteaux, ici trois, mais sans ces précautions il y en aurait eu quatre !

 

 

Et trois ici !

 

 

Les poutrelles des autres alvéoles sont disposées de la même façon assurant ainsi une continuité.

 

 

 

 

Les poutrelles sont disponibles à l’achat  selon des dimensions de longueur par tranche de 10 cm !

 

 

 

Elles doivent porter sur les murs maîtres d’au moins 2 cm et au mieux cinq centimètres.

 

Ainsi la dernière alvéole ayant un vide de 415 cm, les poutrelles devront faire 420 cm et les portées sur les murs ne seront que de 2,5 cm.

 

 

Alors que pour les autres alvéoles les dimensions de vide permettront des portées de 5 cm .

 

16 poutrelles par alvéoles seront nécessaires pour effectuer la couverture.

 

 

Lorsque toutes les poutrelles seront en place, je pourrai commencer le remplissage des hourdis béton de 12 cm de hauteur.

 

 

 

 

 

Comme prévu, les hourdis de la dernière travée reposent d’un peu plus de 3 cm.

 

 

 

 

 

Toutes les alvéoles étant couvertes il faudra que je ferme l’espace de 9 cm laissé lors de la mise en place de la première poutrelle .

 

 

 

Pour cela je disposerai sur chaque alvéole une poutrelle supplémentaire qui avec ces 12 cm de largeur, conviendra parfaitement pour obstruer ce vide.

 

 

 

J’effectuerai ensuite le ferraillage, en commençant par le chainage, j’utiliserai des armatures de 8 cm sur cm composées de quatre tors de 10 mm de section.

 

 

Reliée a chaque angle par quatre équerres en tors de 10 mm.

 

 

 

 

Ainsi qu’aux  intersections  des armatures du chaînage des murs maîtres et des murs de refend.

 

 

 

 

Sur les murs de refend, les poutrelles seront en vis-à-vis je les relierais par des filant en tors de 10 mm de section et 2 mètres de longueur.

 

 

 

 

Centrés et attachés aux fers supérieurs des poutrelles.

 

 

 

Ensuite je boucherai à la dernière alvéole, l’espace de quelques centimètres après le dernier hourdis.

 

 

 

Un madrier de 17 x 7 cm et quelques étais feront l’affaire.

 

 

 

Je collerai ensuite sur tout le périmètre, les planelles comportant un isolant pour couper le pont thermique.

 

 

 

 

Puis à chaque extrémité des poutrelles, que ce soit sur le périmètre ou sur les murs de refend, j’attacherai un chapeau en fer de 10 mm de section, sur les fers supérieurs des poutrelles, en prenant soin, de crocheter la partie coudée dans le chaînage.

 

 

Je ferai de même sur le chaînage perpendiculaire aux poutrelles, en attachant un chapeau tous les 60 cm.

 

 

Puis enfin par-dessus tout cela j’attacherai les panneaux de treillis soudés de 240 x 420 cm ayant des mailles de 20 cm de coté et 6 mm de section.

 

 

 

Il faudra ensuite sécurisé cet ensemble, j’utiliserai des madriers de 17 x 7 cm  et des étais, un madrier au sol  et un madrier sous les poutrelles.

 

 

Quant aux étais j’en disposerai un par poutrelle

Et ceci bien entendu dans chaque alvéole.

 

 

Arrivée à ce stade,

 

Il ne restera plus qu’à commander le béton et la pompe et couler la dalle.

 

 

 

 

Vidéo Récapitulative :

http://www.batirsamaison.net/

 

Daniel  MARCELLIN

Rédigé par Daniel

Repost 0
Commenter cet article

Christophe Lamaison 16/02/2016 19:07

Bonjour,
Au hasard d'une recherche, je découvre votre site et votre tutoriel sur "Projet de Construction d'une Dalle en Béton".
Ancien BE du bâtiment chez un industriel fabricant de poutrelles et responsable éditorial du site en réf, je me permets de vous faire part de mes interrogations.
1. L'étaiement doit toujours être mis en place avant la pose des entrevous, même dans le cas d’entrevous très légers en polystyrène, bois ou résine.
Les opérateurs doivent impérativement circuler en confiance, sur une plate-forme totalement sécurisée. À moins de poser un plancher sans étai évidemment.
2. Concernant les chapeaux, pour qu'ils remplissent correctement leur fonction de reprise des moments sur appuis, ils faut qu'ils disposent d'un "bras de levier" le plus grand possible, donc être placés le plus haut possible dans l'épaisseur du plancher, c'est à dire au-dessus du treillis soudé, lui-même « au milieu » de la dalle de compression. Leur génératrice supérieure devant être à ≈ 2/3cm de la dalle finie. Ils doivent être ligaturés sur le TS pour ne pas être emportés par la vague de béton. Leurs diamètres et leurs longueurs sont donnés par le plan de préconisation de pose du fournisseur. Pour les barres de continuité, la longueur peut être prise forfaitairement égale aux 2/5 de la travée la plus grande de part et d’autre du mur de refend+ l’épaisseur du mur de refend. Les chapeaux de rive, eux, doivent équilibrer 0.15M0 (15% du moment en travée), en maison individuelle, hors séisme, pour des charges habitation et des portées jusqu’à 5m, un diamètre 6 ou 8mm est souvent suffisant.
3. Pour les chaînages périphériques, les équerres d'angles doivent être au nombre de 6 par jonction d’angle. 3 par niveau d'armatures, donc 3 en haut du chaînage et 3 en bas. On doit réaliser : intérieur- extérieur, extérieur-intérieur et une fois extérieur- extérieur. Pour les barres, en zone sismique, l’ancrage requis est de 50 fois le diamètre, donc pour un diamètre 10, une équerre 1m/1m est largement suffisante, le pliage se fait à angle droit avec un faible rayon de courbure.
C'est pour cela que l'on privilégie souvent les boucles, au nombre de 4, seulement, plus simples à mettre en place.
4. Le madrier étayé mis en place pour boucher le vide dans le sens porteur est une excellente solution, vous auriez pu proposer la même solution dans le sens de répartition sur les 9 premiers cm du départ. Cela aurait été sans doute plus économique.
5. Pour l’étaiement trop tardif du plancher, vous préconisez un madrier à plat et un était métal à chaque poutrelle, vous auriez pu, en mettant le madrier sur champ, mettre en place au moins deux fois moins d’étais.
6. Concernant les planelles, à les voir, on devine qu’elles sont en terre-cuite et vous les présentez isolées. Pourquoi pas, mais attention, pour la bonne tenue de l’enduit de façade il faut assurer une continuité de matière entre les murs et les chaînages. Agglos/agglos ou briques/briques. Si non il faut armer les joints.

Ne voyez aucune agressivité dans mes propos, je suis simplement passionné, sans doute tout comme vous...
Gardons contact et échangeons si vous le souhaitez.
Cordialement

Batir sa maison 17/02/2016 15:33

Bonjour,
Je vous remercie pour toutes ces précisions qui seront fort utiles aux lecteurs !

Pour ce qui concerne l'étaiement, je l'ai réalisé par sécurité mais il n'était pas nécessaire car ce sont des poutrelles renforcées sans étais.

Pour le reste étant un auto-constructeur sans qualifications je mets souvent plus de matériels que nécessaire toujours par sécurité !

Cordialement
Daniel MARCELLIN
Batir sa maison

Diamonte 16/09/2015 16:52

Merci d'avoir partager cet article avec nous !